Fondé à Lyon en 2014, ce quintette à l’effectif surprenant est le fruit d’une rencontre entre musiques anciennes occidentales et musiques traditionnelles d’Orient. Improvisation, ornementation et musique de danse sont autant d'éléments sur lesquels s'appuient les cinq musiciens pour partager avec leur public une véritable turquerie contemporaine.


Un premier programme, Quand l’Occident regarde l’Orient, constitué de pièces issues des répertoires baroque, renaissance, ottoman et arabo-andalou a pour enjeux de réunir sur scène ces divers univers musicaux sans les dénaturer, au travers d’arrangements originaux et d’improvisations.


Aujourd’hui Les Turqueries présentent un nouveau programme original : Abir. Littéralement « mélange de parfums », Abir surprend par sa musique inédite. Les Turqueries proposent au spectateur un parcours sensoriel constitué de tableaux scénographiés et mis en lumière ; une promenade conçue comme une expérience synesthésique. Thibaut Rocheron, compositeur de ce programme, s’inspire des musiques de transe soufie, indiennes carnatiques, ou encore de celles de Purcell et Bach, pour créer un répertoire de compositions originales confectionné sur mesure pour un effectif peu commun. Oud, théorbe, percussions, violon et violoncelle baroque font alors naître un univers musical envoûtant et audacieux.

Véronique Bouilloux : violon baroque

 

Après des études de violon baroque à l'ENM de Villeurbanne auprès de Simon Heyerick, V. Bouilloux intègre le CNSMD de Lyon dans la classe d'Odile Edouard où elle obtient son master en 2017.

Elle a notamment eu l’occasion de travailler avec Hervé Niquet et Le Concert Spirituel (Fireworks, 2015), Christophe Coin (OFJ 2013), Amandine Beyer, Olivier Schneebeli, Barthold Kuijken et Alessandro Moccia.

Elle donne par ailleurs des cours de violon en région lyonnaise et est l’auteur d’un mémoire de recherches sur « Les apports d'un retour aux postures historiques dans la pratique du violon » (CNSMDL 2017).

Sacha Dessandier-Volkoff : violoncelle baroque, chant

 

Après des études de violoncelle classique et de chant au CRR de Nantes, S. Dessandier-Volkoff se tourne vers le violoncelle baroque et intègre le CNSMD de Lyon. Elle s'y perfectionne auprès de Claire Giardelli, Bruno Cocset et Emmanuel Balssa et y obtient son master en 2017. En parallèle, elle poursuit sa formation de chanteuse au CRR de Lyon et au CNSMD de Lyon.

Ses activités de musicienne l’amènent à jouer sous la direction de chefs tels qu’Hervé Niquet, Jordi Savall ou encore Olivier Schneebeli. Elle se produit également régulièrement au sein de différents ensembles de musique ancienne (Les Bigarrures, Consort Les Voies Fleuries, Spirito, Harmonia Sacra).

Par ailleurs titulaire d’une licence de musicologie, elle enseigne le violoncelle et le chant dans plusieurs écoles de musique de la région lyonnaise.

Léo Fabre-Cartier : oud

 

Joueur de oud (luth oriental), L. Fabre-Cartier se forme auprès de Marc Loopuyt (France), Iyad Haimour (Syrie), Ahmed Chiki (Maroc) et Younes Baami (Maroc). Titulaire d'un DEM en musique traditionnelle orientale, il est également diplômé d'une licence de musicologie de l'Université Lyon 2.

Installé au Maroc depuis 2012, ses activités de musicien l'ont amené à se produire notamment au Burapha's Music and Performing's Arts International Festival (Thaïlande - 2013 : 18 Monkeys Dance Theatre), au Festival des Musiques Sacrées du Monde de Fès (Maroc - 2014 : Majlis Trio) ou encore au festival Jazz à Vienne (France - 2017 : ArbaA Expérimental Chaâbi).

Thibaut Rocheron : percussions orientales

 

Percussionniste et compositeur, T. Rocheron se forme à l’ENM de Villeurbanne (harmonie jazz, contrepoint, composition et percussions orientales) et à l'Université Lyon II (musicologie).

Ses activités de musicien l'ont amené à se produire notamment au Festival des Musiques Sacrées du Monde de Fès (Maroc - 2014 : Majlis Trio). Il compose par ailleurs pour des courts-métrages («La Vielle Dame» de Samuel Miralles ; «Une belle rencontre» de Salima Mansouri) ainsi que pour le théâtre («Les Soyeuses» de Marie-Hélène Chiocca).

 

Simon Waddell : théorbe, guitare baroque

 

Initié au luth dès l’âge de 9 ans, S. Waddell développe sa pratique de l’instrument avec différents spécialistes comme Pascale Boquet, Claire Antonini, Eugène Ferré, Charles-Edouard Fantin ou encore Vincent Dumestre. Après avoir mené des études de musicologie à Paris IV Sorbonne, il obtient en 2017 un master au CNSMD de Lyon dans la classe de Rolf Lislevand.

En 2014, il cofonde le Collectif Ubique, compagnie de création théâtrale et musicale. Ses activités de musicien l’amènent à jouer avec différents ensembles tels que Spirito (N. Corti), Fuoco e Cenere (J. Bernfeld), la Compagnie de l’Aune (M.Henry/A.Veaux) ou encore Zene (B. Kele-Baujard) en France ainsi qu'à l'étranger. Il enseigne par ailleurs le luth au CRI de Bernay.